l’intentionalité de notre regard

Nous regardons toujours une situation en fonction de ce que nous sommes et de ce que nous recherchons…

L’étude du psychologue russe Alfred L. Yarbus en fait la démonstration en proposant de regarder une image unique mais en posant à chaque fois une question précise et différente. L’exploration des mouvements oculaire est alors enregistrée. Cette expérience montre les traces linéaires d’un oeil qui regarde le tableau de Ilya Répine, peintre russe 1844/1930, ” Celui quʼon attendait plus ” .

Le parcours visuel est très nettement différencié selon la question posée. Lʼ œil circule, connecte, va d’un personnage à un autre, crée un réseau de lignes, toujours différent suivant ce qui lui est demandé de comprendre et les informations qu’il collecte

Regardez bien cette image s’il vous plaît… 
Que faisait la famille avant l’arrivée
du personnage ?
Quelles sont les conditions de vie
de la famille ?
Mémorisez les positions des objets
et des personnes 

Selon vous, depuis combien de temps
le personnage est-il parti ? 

Décrivez les vêtements des
membres de la famille 

Quel est l’âge des personnes ? 

 

Il n’y a pas de vision standard : lʼoeil pense, il cherche à comprendre, il fait des liens et le parcours dessiné de sa quête est abstrait et propre à chacun. Les mouvements oculaires vers un même objet varient donc selon la tâche qu’on lui assigne : il se construit alors autant de représentations différentes de l’objet regardé.

Les travaux ultérieurs à ceux de Yarbus viendront montrer combien chaque représentation mentale se construit aussi sous l’influence de facteurs comme l’âge, le sexe, l’expérience, etc …

En somme, à chaque objet peut correspondre, selon le sujet et l’intentionnalité de son regard, non pas une mais une multitude de représentations cérébrales.

Les commentaires sont fermés.