Illusions visuelles et monde insolite

Les illusions d’optique

Les illusions confirment que notre perception du monde est assez éloignée de la photographie. Elles sont le résultat d’une construction mentale réalisée à partir des messages reçus de la rétine. Le cerveau cherche à mettre du sens, il amplifie les contrastes, crée des contours, de la couleur, des perspectives, du relief, du mouvement, en fonction de ce qu’il connaît déjà.

Les constructions impossibles

Les différentes parties du dessin suscitent des interprétations incompatibles entre elles. Tous ces objets ne peuvent pas exister ou seraient fortement improbables dans la réalité. Il se produit donc une impression étrange qu’a su exploiter à merveille les artistes au cours du temps. Ils abusent de nos sens visuels, joue avec notre raison, invente de nouvelles représentations spatiales et de nouveaux mondes qui n’existent que par le dessin.

Les illusions de mouvements

Les illusions de mouvement sont parmi les plus impressionnantes  car elles naissent d’une images fixe. (attention : déconseillé aux personnes sujettes à la cinétose ou ayant un terrain épileptique)

Cette composition agit sur la vision périphérique. Ce sont les couleurs particulières des pétales qui provoquent cette illusion. Illusion de Akiyoshi Kitaoka, avec son aimable autorisation. Akiyoshi Kitaoka « Trick eyes » ©Tokyo: Kanzen 2002.

Ici aussi, l’effet est produit par l’utilisation de motifs répétés et la façon dont les différentes couleurs sont agencées. Le cerveau confond analyse des contrastes et perception du mouvement. Lorsque la vision périphérique capte des variations de luminosité, le cerveau interprète cela comme un mouvement. En revanche, la vision centrale est intacte. Illusion de Akiyoshi Kitaoka avec son aimable autorisation. Akiyoshi Kitaoka « Trick eyes » ©Tokyo: Kanzen 2002

Les illusions de couleurs

Les illusions de couleurs sont également très nombreuses. Il faut rappeler que la perception de la couleur dépend de son intensité lumineuse mais également de son environnement.

C’est Itten qui a mis en évidence les rapports des couleurs dans ses Etudes Chromatiques. Le cerveau distingue les couleurs par rapport au milieu environnant ainsi le jaune intensifie le bleu du carré de gauche et le orange diminue la nuance du carré de droite.

L’orange de la première grille de Munker et le vermillon de la deuxième sont exactement du même rouge. Et le vert pomme de la troisième et le bleu-vert de la quatrième sont du même vert.

Dans le carré de Hermann, nous voyons des tâches grises entre les carrés noirs, pourtant il n’y en a pas. Les cellules de la rétine chargées de transmettre les informations de luminosité au cerveau adaptent l’information concernant la luminosité d’une zone en fonction de la luminosité des zones voisines. C’est ce qui se passe aux intersections des lignes blanches entre les carrés. En effet, ces croisements sont entourés de beaucoup plus de blanc que les lignes seules. Pour les cellules  qui collectent les données concernant le croisement, cela ce traduit par « trop de blanc par rapport au reste de la figure». Leur réaction consiste à en minimiser une partie, ce qui vous fait voir les intersections moins lumineuses qu’elles ne le sont. Cela se produit quand les croisements apparaissent dans votre champ visuel mais ne sont pas fixés. En effet, en les fixant, vous faites intervenir les cellules de la fovéa. Cette zone centrale de la rétine travaille de manière différente, elle réalise moins de correction en fonction de l’environnement, et les croisements vous apparaissent blanc.

Les illusions d’optique, un marqueur de civilisation

L’illusion est l’indice révélateur des méthodes utilisées par le cerveau pour traiter au mieux les données sensorielles. Il est intéressant de noter que malgré une organisation générale humaine commune du cortex visuel, les apprentissages et le vécu diffèrent d’une personne à l’autre, d’où une sensibilité variable à certaines illusions et des degrés de perception différents celons les cultures.

Robert Laws décrit dans son esssai « L’influence de la culture et de l’environnement sur notre perception visuelle » deux illusions  intéressantes à étudier :

Illusion subjective de Kanizsa.

 

Ici, nous voyons un triangle et un carré qui n’existent pas….

 

Et là, une verticale qui paraît plus longue que l’horizontale, alors qu’elles sont de la même longueur.

 

En  Europe ces illusions sont plus fortes que pour d’autres groupes culturels vivant en Afrique par exemple, car nous vivons dans un monde avec de nombreux angles droits (immeubles, murs verticaux, plafonds et sols horizontaux…).  Au contraire des peuples vivant dans environnement dominé par des lignes courbes ou ceux qui se déplacent essentiellement dans la forêt.

Les commentaires sont fermés.